.

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Découvrez les coups de coeur du club des lecteurs en 2017 :


« La Coquetière » de Linda D. Cirino lacoq

Résumé : En 1936, dans le sud de l'Allemagne, à la lisière de la Forêt-Noire, Eva mène une existence solitaire et monotone sur la ferme familiale. Un jour, alors que son mari est sur le point de partir pour l'armée, elle découvre un jeune étudiant caché dans son poulailler. D'instinct, elle le protège et l'abrite. Cette présence déroutante et inexplicable va pourtant bouleverser sa vie et sa vision du monde... Pourquoi Nathanael est-il là? Quelles sont les raisons qui l'ont fait mettre au ban de la société? Quel danger court-il? Avec son simple bon sens, Eva pose les vraies questions sur les préjugés, l'aveuglement, la lâcheté. Elle fait le récit émouvant de sa double éducation sentimentale et politique.

Pourquoi nous avons aimé :

- Un très beau portrait de femme.
- On assiste vraiment à des changements de comportement de l’héroïne et de ses proches.
- Un beau roman rempli d’amour, d’émotions et de réflexions sur la tolérance.
- Une plume douce et immersive dès le début.
- Une fin ouverte qui partage mais qui émeut tout le monde.

 

« Petit pays » de Gaël Faye petit payus

Résumé : En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

Pourquoi nous avons aimé :

- On vit vraiment le quotidien d’un enfant qui, du jour au lendemain, bascule dans l’horreur et dans la guerre.
- La guerre du Rwanda vue par l’innocence d’un enfant…
- Une lecture coup de poing bouleversante.

 

« Qinaya » L'adoption, tome 1 de Zidrou et Arno Monin
qinaya

Résumé : Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Pourquoi nous avons aimé :

- Une BD toute jolie et pleine d’émotions.
- La relation intergénérationnelle est adorable.
- Les dessins sont très beaux et rappellent ceux des « Vieux Fourneaux ».

 

« L'amie prodigieuse » tome 1 d’Elena Ferrante

amie

Résumé : Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu'elles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l'école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l'envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s'entraident ou s'en prennent l'une à l'autre. Leurs chemins parfois se croisent et d'autres fois s'écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l'adolescence, à l'aube de l'âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.

Pourquoi nous avons aimé :

- C’est vraiment bien écrit !
- On plonge vraiment dans une ambiance italienne des années 50.
- L’amitié des deux héroïnes a partagé le groupe (certains l’ont trouvée touchante et complexe, tandis que d’autres l’ont trouvée assez malsaine…)

 

« Criminal loft » d’Armelle Carbonel

Résumé : Sanatorium de Waverly Hills. Six hommes et deux femmes, reconnus coupables par la justice américaine et enfermés dans le couloir de la mort. Huit candidats sélectionnés pour participer au reality show le plus brûlant qui ait jamais existé. Chacun d'eux devra vous convaincre qu'il mérite de vivre.

Pourquoi nous avons aimé :

- C’est sombre et oppressant ! (Attention, pour public averti…)
- Le côté TV réalité est bien poussé… Le concept est malheureusement hyper réaliste.
- Nous avons aimé le style et avons eu des frissons.

 

« La variante chilienne » de Pierre Raufast variante

Résumé : Il était une fois un homme qui rangeait ses souvenirs dans des bocaux. Chaque caillou qu’il y dépose correspond à un évènement de sa vie. Deux vacanciers, réfugiés pour l’été au fond d’une vallée, le rencontrent par hasard. Rapidement des liens d’amitiés se tissent au fur et à mesure que Florin puise ses petits cailloux dans les bocaux. À Margaux, l’adolescente éprise de poésie et à Pascal le professeur revenu de tout, il raconte. L’histoire du village noyé de pluie pendant des années, celle du potier qui voulait retrouver la voix de Clovis dans un vase, celle de la piscine transformée en potager ou encore des pieds nickelés qui se servaient d’un cimetière pour trafiquer.

Pourquoi nous avons aimé :

- C’est drôle et original !
- La trame est véritablement atypique. On a l’impression de n’avoir jamais lu ce type d’ouvrage.
- Le roman est touchant et on a pris plaisir à suivre les personnages.

 

« Block 46 » de Johana Gustawsson Block 46

Résumé : Falkenberg. Suède. Le commissaire Bergström retrouve le cadavre nu et gelé d'une femme aux abords de la plage d'Olofsbo. Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d'enfants dont les corps sauvagement mutilés ont été abandonnés dans les bois d'Hampstead, au nord de la ville. Ils présentent les mêmes mutilations que la victime suédoise : trachée arrachée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras. Etrange serial killer, qui change de type de proie et de lieu de chasse... Pourrait-il s'agir d'un tandem de sociopathes ?

Pourquoi nous avons aimé :

- On apprend des choses historiques
- L’intrigue est bien faite et surprenante
- Le dénouement nous a tous étonnés
- La plume de l’auteure est très agréable
- Il fallait oser mélanger les camps de concentration et le polar/thriller
- Un récit en alternance entre le présent et le passé

 

« L'étrangère » de Valérie Toranian Etrangere

Résumé : Aravni garde farouchement le silence sur son passé. Sa petite-fille, Valérie, aimerait pourtant qu’elle lui raconte son histoire, l’Arménie, Alep, Constantinople et Marseille. Dans ce récit qui traverse le siècle, elle écrit le roman de la vie, ou plutôt des vies d’Aravni : de la toute jeune fille fuyant le génocide arménien en 1915 jusqu’à la grand-mère aussi aimante qu’intransigeante qu’elle est devenue, elle donne à son existence percutée par l’Histoire une dimension universelle et rend hommage à cette grand-mère « étrangère » de la plus belle façon qui soit.

Pourquoi nous avons aimé :

- Le récit d’Aravni nous a tous beaucoup touchés
- Un témoignage fort, dur et plein d’émotions qui parle du massacre des Arméniens
- Les passages sont difficiles, mais cela reste dans le suggéré
- La complicité et l’amour petite fille / grand-mère est adorable
- Malgré le sujet, l’alternance de récits apporte une certaine douceur : on se sent bien dans ce livre…

 

« Reflex » de Maud Mayeras Reflex

Résumé : Iris Baudry est photographe de l'identité judiciaire. Disponible nuit et jour, elle est appelée sur des scènes de crime pour immortaliser les corps martyrisés des victimes. Iris est discrète, obsessionnelle, déterminée. Elle shoote en rafales des cadavres pour oublier celui de son fils, sauvagement assassiné onze ans auparavant. Mais une nouvelle affaire va  la ramener au cœur de son cauchemar : dans cette ville maudite où son fils a disparu,  là où son croque-mitaine de mère garde quelques hideux secrets enfouis dans sa démence, là où sévit un tueur en série dont la façon d'écorcher ses victimes en rappelle une autre. La canicule assèche la ville, détrempe les corps et échauffe les esprits, les monstres se révèlent et le brasier qu'Iris croyait éteint va s'enflammer à nouveau dans l'objectif de son reflex.


Pourquoi nous avons aimé :

- Un roman coup de poing !
- La narration est violente, oppressante, percutante et puissante. Un régal.
- Une lecture qui ne laisse pas indifférent : on ressent un panel d’émotions.
- On discerne deux récits en alternance et on se demande ce qui lie les deux.
- Un thriller déroutant.

 

« Piège nuptial » de Douglas Kennedy Piège nuptial

Résumé : Cul-de-sac est le récit d'un voyage au paradis des grands espaces australiens qui vire au cauchemar éveillé. Nick, héros bien malgré lui de ce thriller féroce, n'avait rien contre ce pays avant d'écraser un kangourou par une nuit sans lune. Sa rencontre avec la jeune et robuste Angie va le mener en plein cœur du bush. Au milieu de nulle part. Au sein d'un clan d'allumés coupés du monde, sans aucune route pour quitter ce traquenard. Nick, désormais n'aura qu'une seule obsession : comprendre ce qu'il fait là et sauver sa peau. Fuir alors que toute la communauté le surveille.


Pourquoi nous avons aimé :

- Dès que ça dérape, on assiste à une véritable descente aux enfers addictive et efficace.
- Ce livre est une grosse surprise !
- Les scènes d’action s’imaginent aisément. On imagine facilement une adaptation en film (ce qui a été fait avec le film « Bienvenue à Woop Woop »).
- Un bon thriller prenant !

 

« Eux sur la photo » d’Hélène Gestern Eux sur la photo

Résumé : Une petite annonce dans un journal comme une bouteille à la mer. Hélène cherche la vérité sur sa mère, morte lorsqu’elle avait trois ans. Ses indices : deux noms,  et une photographie retrouvée dans des papiers de famille qui montre une jeune femme heureuse et insouciante, entourée de deux hommes qu’Hélène ne connaît pas. Une réponse arrive : Stéphane, un scientifique vivant en Angleterre, a reconnu son père. Commence alors une longue correspondance, parsemée d’indices, d’abord ténus, puis plus troublants. Patiemment, Hélène et Stéphane remontent le temps, dépouillant leurs archives familiales, scrutant des photographies, cherchant dans leur mémoire.  Peu à peu, les histoires se recoupent, se répondent, formant un récit différent de ce qu’on leur avait dit. Et leurs découvertes, inattendues, questionnent à leur tour le regard qu’ils portaient sur  leur famille, leur enfance, leur propre vie.


Pourquoi nous avons aimé :

- Il y a beaucoup de lettres avec des descriptions de photos. Cela donne un charme particulier au récit.
- Cela permet de sortir de son genre de lecture.
- Les découvertes que font les personnages sont émouvantes.
- On voit leur relation se tisser au fil des échanges : c’est attendrissant.
- C’est une belle histoire avec des secrets de famille !

 

« Là où tombent les anges » de Charlotte Bousquet Là où tombent les anges
Résumé : Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l’épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l’exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir. Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. C’est l’occasion pour Solange de s’affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s’organisent peu à peu sans les hommes…

Pourquoi nous avons aimé :

- C’est très intéressant de voir la vie des Femmes à cette époque
- La lecture est touchante et féministe
- Les personnages sont très bien développés et émouvants à leur manière
- Nous avons aimé voir la guerre à travers leur regard et leurs écrits

 

« Le liseur du 6h27 » de Jean-Paul Didierlaurent Liseur du 6h27
Résumé : Guylain Vignolles est préposé au pilon et mène une existence maussade et solitaire, rythmée par ses allers-retours quotidiens à l’usine. Chaque matin en allant travailler, comme pour se laver des livres broyés, il lit à voix haute dans le RER de 6H27 les quelques feuillets qu’il a sauvé la veille des dents de fer de la Zerstor 500, le mastodonte mécanique dont il est le servant. Un jour, Guylain découvre les textes d’une mystérieuse inconnue qui vont changer le cours de sa vie…

Pourquoi nous avons aimé :
- Ce roman est un petit bonbon ! C’est drôle, léger, atypique et parfait pour se détendre ! Un livre « feel good » qui fait vraiment du bien.
- Nous avions déjà aimé « Le reste de leur vie » du même auteur.
- C’est comme un conte contemporain à la fois poétique et plein d’humour.



« Tranchecaille » de Patrick Pécherot Tranchecaille

Résumé : Chemin des Dames, 1917, l'offensive du général Nivelle tourne à l'hécatombe.
Dans l'enfer des combats, un conseil de guerre s'apprête à juger le soldat Jonas, accusé d'avoir assassiné son lieutenant. Devant l'officier chargé de le défendre défilent, comme des fantômes, les témoins harassés d'un drame qui les dépasse. Coupable ? Innocent ? Jonas est-il un simulateur ou un esprit simple ? Le capitaine Duparc n'a que quelques jours pour établir la vérité. Et découvrir qui est réellement celui que ses camarades ont surnommé Tranchecaille.

Pourquoi nous avons aimé :
- Un polar sur 14-18, ça change d’un roman policier classique.
- Chaque chapitre est en fait une lettre, un témoignage, un échange entre deux personnages, une scène rapportée, … C’est original et cela dynamise le récit.
- Le texte est bouleversant. L’horreur de la guerre est très bien retranscrite.
- C’est avec un livre comme celui-ci que l’on s’informe ou que l’on apprend l’Histoire.
- Un ouvrage bien rythmé avec une enquête bien plus difficile à résoudre qu’on ne le pense.

« Tout n'est pas perdu » de Wendy Walker Tout n'est pas perdu
Résumé : Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Pourquoi nous avons aimé :

- Le fait que la narration soit vue du côté du psychologue est à la fois prenant et original. Cela permet de vraiment approfondir le caractère de chaque protagoniste tout en ayant un meilleur aperçu du récit.
- Bien que l’enquête ne soit pas facile (viol), c’est un très bon thriller psychologique.
- Les thématiques abordées comme le traitement du traumatisme est bien vu. Cela fait réfléchir.
- Le sujet du médicament de l’oubli n’est pas inintéressant !
- On ne voit pas la fin venir !

N'hésitez pas à nous donner votre avis lorsque vous rendez un ouvrage. Vous pouvez également le faire par mail ou sur Facebook.